Compléments


Winnetou est aussi présent sur les fleuves de France !


« L'automoteur Winnetou »

« Le bateau c'est comme une personne qui porte un nom, une identité avec qui on a vécu et partagé de bons moments mais aussi des plus tristes, ce qui crée des liens, un attachement éternel. »

L'amour d'un métier valorisé par un indien nommé "Winnetou" .


Les péniches Winnetou et Old ShatterhandC’est l’histoire d’un bateau nommé « Winnetou ». C’est en 1981 que les époux Thinnes achètent leur premier bateau de 38 x 5 mètres au gabarit Freycinet. Mais pourquoi l’avoir appelé Winnetou : « nous étions à la recherche d’un nom qui soit connu et simple à retenir, sans qu’il y ait d’autres bateaux qui portent le même nom. De plus à l’époque la série “Winnetou, le Mescalero” passait sur les écrans. D’autre part, Winnetou est très connu dans les pays de l’Europe du Nord ».

Les péniches Winnetou et Old ShatterhandDeux années plus tard, la famille Thinnes faisait l’acquisition d’un deuxième bateau du nom de Old Shatterhand, les deux frères de sang étaient ainsi réunis sur l’eau. L’exploitation de ces deux bateaux à durée de nombreuses années avec quelques hauts et malheureusement beaucoup de bas. Après 18 années passées sur l’eau et ayant toujours leur métier de batelier à cœurs ils ont décidé de poursuivre l’aventure avec le grand « Winnetou » en 2006, un automoteur rhénan de 80 x 8,20 mètres de 1053 tonnes. Cet automoteur a été construit en 1958 a eut les devises suivantes : 1958 Wiesel ; 1969 BonanzaBonanza; 1993 MeäreMeäre; 1999 RusticaRustica; 2006 WinnetouWinnetou

Henri et Anita racontent : « Winnetou, ce chef apache sage et au grand cœur restera à jamais dans notre cœur, car avec les problèmes et déboires que nous avons du surmonter il nous a servi d’encouragement et de guide. Maintenant Winnetou est un peu plus connu en France, certainement un peu grâce à nous et à notre bateau. Une très belle histoire qui aurait pu continuer sous la plume de Karl May s’il était encore parmi nous. »



Anita et Henri ThinnesAnita et Henri Thinnes


Quelques belles photos de l'automoteur « Winnetou »

Retrouvez d'autres photos sur http://clio77130aufildeleau.skyrock.com

Loupe Cliquez sur les photos pour les agrandir.

Le winnetou à Melun en 2013 Le moteur MWM de 850 cv
Le winnetou à Melun en 2013 Le moteur MWM de 850 cv
Le Winnetou à quai Vue arrière du Winnetou
Le Winnetou à quai Vue arrière du Winnetou
Le Winnetou - Bray sur Seine - Janvier 2015 Le Winnetou à l'écluse de la grande bosse
Le Winnetou - Bray sur Seine - Janvier 2015 Le Winnetou à l'écluse de la grande bosse
Le Winnetou à Paris en 2013 Remplacement du moteur en 2011
Le Winnetou à Paris en 2013 Remplacement du moteur en 2011

Source des photos : http://clio77130aufildeleau.skyrock.com - Facebook

Le Webmestre remercie monsieur Jean-Claude Verrier pour ses conseils sur la terminologie utilisée dans la batellerie.

"La Péniche" - Texte de monsieur Jean-Claude Verrier (cliquer sur la barre pour lire la suite)


La Péniche !
Combien de fois ne voit-on pas les journalistes et les gens d’à terre nommer tout ce qui flotte avec ce mot, par ignorance sans doute mais par habitude aussi.

La Péniche c’est un type de bateau construit en bois ou en fer, aux dimensions du gabarit Freycinet et SANS moteur. C’est le symbole de toute une génération marinière aujourd’hui disparue, l’un des berceaux de nos ancêtres qui doit rester intact dans nos mémoires par respect pour eux mais aussi pour conserver ce patrimoine dont seules les photos sont encore visibles.
C’était l’outil qui forgeait très tôt les hommes et les femmes à ce dur métier d’itinérance, rude école de la vie, souvent mal perçu par les gens d’à terre. A ce titre, sachons transmettre sa véritable histoire et toute celle qui l’accompagnait avec les autres types de bateaux comme les Bélandres, les Toues, les Berrichons, les Flutes, les Batards, les Mignolles et bien d’autres qui sillonnaient nos canaux hâlés par les chevaux ou à la bricole et la sémaque, tableau idyllique d’une époque où l’on prenait le temps de vivre au rythme de la nature.

Le père de Jean-Claude Verrier en 1927La péniche c’était l’habitation flottante qui craquait de toutes parts pendant les chargements ce qui impliquait une surveillance accrue et devoir se lever plusieurs fois la nuit pour pomper l’eau qui s’était infiltrée. Sans moteur, avec le seul gouvernail, le marinier n’avait que son habileté pour manœuvrer en s’aidant quelque fois de la perche pour éviter l’échouage ou bien d’être plaqué contre la rive à cause du vent aux entrées des écluses.
C’était aussi les corvées de lessive avec le brûle-tout installé quelque fois à même le tas de charbon avec la lessiveuse et la planche à laver. C’était également les affres des chargements de houille et de poussières qui s’infiltraient au travers les cloisons non étanches pour s’épandre dans les armoires et le logement. C’était aussi la crainte de l’avarie en cours de navigation avec la peur de couler et d’y perdre tous ses biens.

Issu de ce milieu de père en fils et bien que j’ai quitté le métier depuis longue date, je reste néanmoins très attaché à son histoire et ainsi à faire connaître pour ceux qui le découvre, l’exacte définition des mots de cette profession qui fut longtemps méconnue du grand public dont l’appartenance fut souvent assimilée à certains nomades et de ce fait, peu respectée, par méconnaissance sans doute.

Jean-Claude Verrier


Pour aller plus loin ... le métier de marinier en images

Vieux bateaux,vieilles péniches.

Réalisation : Marcel Marcinkowski

Bateaux et péniches du temps passé.

Réalisation : Marcel Marcinkowski

Les mariniers - C'est un métier

Reportage consacré au métier de marinier. Interview d'un marinier sur la modernisation des bateaux, l'évolution du métier et la vie de famille.Images factuelles de la vie quotidienne de mariniers sur leur bateau.


  Retour haut de page

Dernière mise à jour : 04/03/2016